Beauté et douceur, mélange d’hu­mi­lité et de radi­ca­lité sans équi­valent dans le cinéma social contem­po­rain.Chro­ni­cart

 english 

L’Algé­rie est un pays jeune, travaillé par une longue histoire. Le XXe siècle aura été celui de boule­ver­se­ments histo­riques sans précé­dent qui ont affecté bruta­le­ment des socié­tés, des cultures, remet­tant en cause des systèmes de valeur et de croyance qui s’étaient construits au cours des siècles.

En s’at­ta­chant à suivre, au quoti­dien, méde­cins et malades à l’hô­pi­tal psychia­trique de Cons­tan­tine, Alié­na­tions est une tenta­tive – modeste – de comprendre les souf­frances que peuvent vivre, aujourd’­hui, les Algé­riens confron­tés à une crise aux aspects multiples: reli­gieux, poli­tiques, écono­miques, fami­liaux.

Le film s’ef­force de cerner le malaise social domi­nant en Algé­rie, de perce­voir et de mettre en évidence les courants souter­rains qui travaillent la société et alimentent sa crise.

Festivals Festi­vals
Grand Prix des Biblio­thèques, Festi­val du Cinéma du Réel, Paris
Magno­lia Award du meilleur docu­men­taire au festi­val inter­na­tio­nal de Shan­ghaï
Grand prix du docu­men­taire à la bien­nale des ciné­mas arabes à Paris
Prix du jury, Fespaco, Ouaga­dou­gou
Nominé au One World Media Awards, Londres
MENTION SPÉCIALE DU JURY JCC CARTHAGE
CLEF D’ARGENT DU FILM DE PSYCHIATRIE, Lorquin
PRIX DU MEILLEURE DOCUMENTAIRE, Rennes
Grand Prix CMCA « Enjeux médi­ter­ra­néens », Syra­cuse Italie

Les Inro­ckup­tibles

Un docu­men­taire sensible et sobre sur le quoti­dien d’un service de psychia­trie en Algé­rie. (…) Sensible et intel­li­gent.

Pierre-Olivier Julien

Les Cahiers du Cinéma

La nef des fous a accosté à Cons­tan­tine, Algé­rie. Pendant quelques semaines, Malek Bens­maïl a posé sa caméra dans ses soutes avec un projet clai­re­ment annoncé, rendre hommage au travail de son père, fonda­teur de la psychia­trie algé­rienne. Alié­na­tions est un film de surface, et c’est sa plus grande qualité. (…) mais Bens­maïl filme le délire pour ce qu’il est: la tenta­tive de réinjec­ter un peu de sens dans une réalité folle.

Elisa­beth Leque­ret

Le Monde

Une plon­gée dans les eaux profondes de l’hô­pi­tal psychia­trique de Cons­tan­tine, où le père du cinéaste exerça comme psychiatre. Malek Bens­maïl y retourne, lui, comme cinéaste, et y puise matière, jusque dans le délire des patients, qu’il filme, à une inci­sive archéo­lo­gie poli­tique du pays.

Jacques Mandel­baum

Fiche tech­nique & Dossier de presse

Algé­rie/France – Docu­men­taire – 105’ – 2004

VOIR LA BANDE-ANNONCE

affichealienations120x160

alienation-ph1a

alienation-a5

alienation-a1


Alié­na­tions

Alge­ria/France – Docu­men­tary – 105’ – 2004

This 2003 docu­men­tary about an Alge­rian psychia­tric ward has no over­ri­ding thesis, but the inter­ac­tions between patients, doctors, and family members are often fasci­na­ting.

Some situa­tions are fami­liar (patients who resist taking their medi­ca­tion), others are not (a doctor and patient seriously consi­der the thera­peu­tic bene­fits of an exor­cism). A vignette concer­ning a poli­ti­cal candi­date commit­ted on the first day of his campaign suggests that some inmates are para­noid with good reason. But the mate­rial is so unde­ve­lo­ped that it’s hard to surmise its meaning, and direc­tor Malek Bens­maïl’s unins­pi­red imagery and editing never really capture the rhythms of patients’ lives.  

PARIS CINEMA

« Doctors of the Cons­tan­tine mental hospi­tal are trying to help their patients whose conscious and uncons­cious beha­viour reveals the disin­te­gra­tion of a society under­going signi­fi­cant change – affec­ted by tensions between tradi­tion and moder­nity, reli­gious and demo­cra­tic values.  The film’s aim is to grasp the wides­pread social malaise in Alge­ria, « to perceive and empha­size the under­cur­rents that have been shaping society and fuel­ling the ongoing crisis for some time ». Alie­na­tions is dedi­ca­ted to the direc­tor’s father, a pioneer of Alge­rian psychia­try. »  

Editors